A l'école américaine

  • CLAS' family
  • Vie locale

Laissez-moi vous présenter l'univers de nos enfants : CARDER SCHOOL, école élémentaire de quartier comptant environ 500 enfants répartis en 6 niveaux (depuis la grande section, appelée ici Kindergaten, jusqu'au CM2 ou 5th dans le système américain).

A l'école américaine

Comme toute bonne école américaine qui se respecte, Carder School a ses "lockers", vous savez ces casiers que l'on a tous vus dans les séries américaines ou les élèves rangent leurs affaires mais cachent également leurs petits secrets.

A l'école élémentaire, 2 à 3 enfants doivent partager le même locker mais dès la middle school (collège en français), les lockers deviennent personnels. Un vrai symbole pour marquer le passage chez les grands !

A l'école américaine
A l'école américaine

Carder School a aussi

- sa mascotte : un koala

- et ses valeurs : "Honesty", "Responsability", "Caring", "Respect".

Tous les matins, les enfants doivent réciter le pledge of allegiance (voir l'article sur le sujet) mais aussi le "Carder oath" (le serment de Carder récité collectivement) en référence aux valeurs de l'école.

"At Carder School, we are a community of learners. We celebrate each others differences and accomplishments. I promise to respect my school, my community and my country through honesty, kindness and responsible actions. We are Carder School."

Les valeurs, en France, on en parle un peu à l'école mais c'est très léger. Une fois dans le monde professionnel, on nous balance des powerpoints avec les valeurs de l'entreprise, leur mise en perspective avec les métiers de la maison, bla bla bla bla....

Ca nous vient directement des Etats-Unis. Pour les Américains, les valeurs font partie de leur univers (même au supermarché !), il est donc logique que cela commence dès le plus jeune âge, à l'école.

Régulièrement, l'école organise des jours à code couleur. On vient donc habiller en bleu pour le respect, en jaune pour l'honnêteté etc... La communication est en marche.

Et puis, de temps en temps, les enfants gagnent des "character ticket" lorsqu'ils ont fait une bonne action ou démontré leur adhésion aux valeurs de l'école.

Chaque semaine, un tirage au sort est effectué et les heureux gagnants ont l'immense honneur de venir inscrire leur nom sur la grosse main de la photo ci-dessus, ils repartent avec un diplôme et un petit cadeau.

Si vous avez déjà vu des choses similaires en France, je vous invite à m'en faire part de suite.

Organisation de l'école :

Les enfants ont école 5 jours sur 7 : du lundi au vendredi inclus de 9h à 15h10, enfin.... 15h07, car ici les Américains sont capables de vous faire un agenda à la minute près ! (Un jour, il faudrait que je vous poste l'agenda de la dernière formation de Ludo : 7h45 - 7h58 coffee time, 7h58 - 8h13 : introduction, 8h13 - 8h30 : tour de table, 8h30 - 10h06 : sujet 1 etc .... trop drôle !!!)

Les enfants n'ont qu'une récré par jour d'une durée de 20 minutes suivi d'une pause déjeuner de 20 minutes également. Pas beaucoup de temps off, non ?

Les élèves sortent en récré et vont à la cafèt à des horaires différents. Chaque niveau scolaire a ses créneaux. Donc, autant dire que même s'ils sont 500 dans l'école, les enfants ne croisent pratiquement pas.

la cafet'

la cafet'

Les vacances :

Aux Etats-Unis, pas ou peu de départ en vacances avec des routes surchargées ou des chassés croisés.

D'une part, le monde du travail n'offre quasiment pas de congés payés et d'autre part les enfants n'ont pas énormément de vacances.

Rentrée en septembre, 4 jours fin Novembre pour Thanksgiving, 2 semaine à Noël, 1 semaine en Février, les snow days fixés selon la météo (lien vers plus d'infos), 1 semaine en avril et arrêt des hostilités fin juin.

Les journées sont peut-être plus courtes qu'en France mais quand on met la semaine à 5 jours pleins et pas beaucoup de vacances, je crois que l'on peut dire que les enfants ne chôment pas.

A l'école américaine

En classe :

Les classes sont loin d'être surchargées : de 15 à 20-22 élèves par classe, donc plus que raisonnable quand on se rappelle les classes bien bondées à la française.

A l'école américaine

Avant la rentrée scolaire, les enseignants écrivent à leurs futurs élèves. Ils se présentent : le conjoint, les enfants, les chats, les chiens, les poissons rouges et rassurent les enfants sur le fait que l'année de travail va être tip top fun.

Cette lettre est un vrai événement dans le voisinage, les enfants s'échangent le nom de leur futur maître ou maîtresse et savent s'ils pourront partager une année scolaire ensemble.

L’enseignement est assez différent de la méthode française. Au début, j'ai eu du mal à m’y habituer.

Déjà, il y a très peu de leçon écrite donc si l’enfant n’a pas compris, on se débrouille pour expliquer au risque de faire bien différent de la méthode du professeur.

La leçon, on l’apprend en répétant à l’infini les exercices sous des angles à peine différents.

Jusqu'en CE1, les enseignants bénéficient d’un(e) assistant(e) qui corrige les copies, aide les élèves…

En plus, certains professeurs demandent que des parents volontaires assistent leur classe pour aider à lire (ce qui permet un travail plus individualisé), ou pour assister les enfants lors des expériences du programme de sciences. Cool, non ?

Par contre, pas trop de place pour l’initiative et les idées personnelles des enseignants. La plupart du temps, le programme doit être appliqué à la lettre suivant des consignes et exercices prédéfinis. Les polycopiés sont prêts en septembre pour toute l'année scolaire. Donc d'une école à l'autre, les enfants font exactement la même chose et dans le même ordre.

A l'école américaine

Système éducatif :

Le système éducatif des Etats-Unis est décentralisé et les programmes sont sous la responsabilités de chaque état. Néanmoins, l'état de New York (comme beaucoup d'autres états) a décidé de suivre le "Common Core", programme de maths et d'anglais (regroupant théorie et exercices) dont l'élaboration a été financée au niveau fédéral.

Depuis la rentrée 2013, les enfants travaillent selon les méthodes du Common Core, les professeurs ont dû être formés aux changements, et certains parents clament haut et fort leur hostilité vis-à-vis de ce programme. Autocollant sur les voitures, tract à la maison, la rébellion est en marche (comme quoi y'a pas qu'en France qu'on se plaint !).

Du coup, beaucoup de réunions d'information ont été organisées pour essayer de calmer le jeu et pour faire comprendre les fondements de ce programme et ses enjeux.

A l'école américaine

C'est vrai qu'au niveau CP, il y avait des techniques en maths un peu bizarres, que je trouvais un brin compliquées.

Les enfants apprennent les tables d'addition et de soustraction mais en utilisant des stratégies de calcul.

Par exemple, pour faire 8+5, l'enfant sait que 8+2 =10, et comme 5=2+3, on arrive alors à 10+3 =13.

C'est vrai que les stratégies sont utiles, mais en CP (??), je voyais juste Clément chercher la meilleure technique de calcul plutôt que de me sortir le nombre 13 de manière immédiate. Un peu frustrant !!!

Visiblement, pour les français du coin qui ont connu l'époque avant Common Core, c'est une avancée indéniable.

Les enfants sont aujourd'hui amenés à réfléchir en travaillant sur des problèmes adaptés à leur âge alors qu'avant, ils s'enfilaient quasi exclusivement des tables d'addition, soustraction, multiplication et division.

L'aide aux étrangers

Les Etats Unis étant toujours considérés comme un eldorado pour des milliers d'immigrants, l'état de New York a choisi d'intégrer de la meilleure des manière ces petits étrangers qui parlent très mal voire pas du tout l'anglais.

Du coup, suivant leur niveau, les enfants ont des cours quasi particuliers avec un enseignant destiné à booster leur niveau d'anglais.

Au départ, c'est un peu plus d'1 heure par jour quand même.

Ces cours sont ou sous forme de soutien en classe, l'enseignant vient dans la classe de l'élève et aide à la compréhension de la leçon ou alors décentralisés sous forme de leçon indépendante.

Ce dispositif est réellement un point fort et une aide certaine aux élèves.

A Corning, comme c'est le vrai melting pot avec Corning Inc qui drainent les cerveaux du monde entier (Français, Mexicain, Allemands, Chinois, Japonais, Pakistanais, Ethiopien, Indonésien, Taïwanais, Indiens etc ...), les professeurs de soutien sont en nombre. Par contre, je ne suis pas sûre que le dispositif soit actif dans les petites villes où le nombre d'étrangers ne justifient pas la présence d'un tel enseignant.

A l'école américaine

Enfin, l'école américaine, c'est aussi ces bus jaunes qui défilent chaque matin et soir pour déposer les enfants à l'école et les ramener le soir à la maison. Toute une organisation qui s'applique sur l'ensemble du territoire américain, et jusqu'au Canada, de manière uniforme.

Les school bus ne sont pas un modèle de progrès technologique servant la cause écologique. Des milliers de bus circulent chaque jour aux 4 coins des US rejetant leurs gaz noirâtres et mal odorants mais c'est tout un symbole quand même.

Maintenant, si vous voulez savoir comment nos enfants se sont acclimatés au système scolaire américain,je vous invite à poursuivre sur cette page.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

odile 27/01/2017 10:56

bonjour, votre récit est très intéressant ! Savez-vous si le Pledge of Allegiance est vraiment pratiqué dans toutes les écoles américaines (ou si cette pratique est laissée à l'initiative du directeur de l'école ?). je vous remercie pour votre réponse !

le blog de Sophie 29/01/2017 21:59

Sans être catégorique, je pense que le Pledge of Allegiance est pratiqué dans toutes les écoles (au moins les écoles publiques). Le respect du drapeau, la fierté de son pays sont des valeurs quasi génétiques aux USA.

Hébergé par Overblog