Bodie - la ville fantôme

  • CLAS' family
  • Nos voyages
Bodie - la ville fantôme

Après quelques jours passé dans le parc national de Yosemite : grand air, forêt dense, séquioas géants et baignade rafraîchissante dans la Merced River, nous avons basculé tout à fait à l'est de la Californie.

La transition est rude, les lacs et les sapins laissent place à un paysage désertique, à plus de 2000 m d'altitude, où la végétation peine à s'imposer sur le sol rocailleux. Encore une petite heure de route et au bout de notre piste, on trouve Bodie, ville abandonnée.

Bodie - la ville fantôme

Se balader à Bodie, c'est respirer le Far West. Aujourd'hui, plus de pépites d'or mais on sent la sueur de ces hommes qui travaillaient durement à la mine et qui, une fois sortis, se rendaient dans les saloons pour y avaler cul-sec quelques whisky.

Bodie avait une très mauvaise réputation et était considérée comme l'une des villes les plus dangereuses du Far West : les assassinats, les règlements de compte étaient devenus quasi quotidiens et d'une banalité déconcertante. Le mélange argent, or et alcool ne faisait visiblement pas bon ménage.

Bodie - la ville fantôme
Bodie - la ville fantôme
Bodie - la ville fantôme
Bodie - la ville fantôme

L'histoire de Bodie en quelques mots :

En 1859, un certain William S. Bodey (qui donna donc le nom à la ville) découvre de l'or dans cette zone désertique, à deux pas du Nevada.

20 ans plus tard, la mine d'or et d'argent, exploitée par la Standard Company, était à son apogée. Elle était réputée pour être l'une des mines les plus rentables du pays.

La cité comptait alors 10 000 habitants supportant les chaleurs torrides de l'été et les températures très froides des rudes hivers. Bodie était une ville très active et possédait toutes les commodités des grandes villes : des banques, une voie de chemin de fer, une fanfare, des clubs sportifs, une association de mineurs et d'ouvriers, plusieurs journaux et une prison. La ville comptait également plus de 65 saloons incluant bordels, salles de jeux et fumeries d'opium.

Bodie - la ville fantôme

A Bodie, il y avait même un quartier chinois; c'est l'époque de l'arrivée massive des mandarins sur la Côte Ouest en pleine ruée vers l'or.

Bodie - la ville fantôme
Bodie - la ville fantôme
Bodie - la ville fantôme

Mais la prospérité ne sera que de courte durée car la mine s'épuise et les mineurs partent pour d'autres gisements plus florissants.

En 1886, il ne reste plus que 1500 habitants à Bodie. De plus, la ville va connaître plusieurs incendies importants notamment en 1932 où 90% des infrastructures vont être réduits en fumée. Pour la petite histoire, cet incendie a été provoqué par un enfant en bas âge jouant avec des allumettes, il a hérité du surnom "Bodie Bill"...

La ville s'éteint définitivement en 1940 et le site est transformé en State Historic Park afin de conserver les dernières habitations encore debout dans un état de "délabrement maîtrisé" et de transmettre cet héritage aux générations futures.

Bodie - la ville fantôme
Bodie - la ville fantôme

A Bodie, on ne visite pas les maisons, on n'entre pas dans l'église ou dans la vieille école. On se promène juste dans les rues balayées par le vent et on tente de percer le mystère de chaque bâtisse, et de ses fantômes, en regardant par les fenêtres.

C'est toujours surprenant ce genre d'endroit, de se dire que 140 ans en arrière, tout était animé autour de cette mine : commerces, apothicaire, croque-mort faisaient également leurs affaires et qu'en l'espace d'un demi-siècle, tout va être réduit au néant. La vie s'est arrêtée nette.

Bodie - la ville fantôme
Bodie - la ville fantôme
Bodie - la ville fantôme
Bodie - la ville fantôme
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Hébergé par Overblog